IMG_20150605_0045 - 12 juin 1993 tournoi inter-fondation allemagne-inde

1945-1973 L’Âge d’or de l’A.S.C.U.P

Le texte rédigé en décembre 1973 par Madame Cury-Carré, Inspectrice de la Jeunesse et des Sports et relatant les conditions dans lesquelles a été organisée l’activité sportive des résidents dès la fin de la deuxième guerre mondiale, est particulièrement intéressant et révélateur sur l’aventure qu’a été l’A.S.C.U.P.

ASCUP – Création 1946 – Extraits du Texte de Madame Cury-Carré

Préalable

C’est en octobre 1945 que, quittant le Collège National des Monitrices, je suis affectée à l’Enseignement Supérieur sur demande de Mr Huguet, Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports, afin de réorganiser l’activité sportive féminine dans les Grandes Ecoles et les Facultés. Elle se fit sous la direction éclairée de Monsieur F.Boile, Inspecteur de la Jeunesse et des Sports, spécialement attaché à l’Enseignement Supérieur; la C.U.P. était notre lieu de travail (terrains dans les parcs, piscine, complexe sportif Jourdan avaient été loués par la Jeunesse et les Sports).

En même temps, Monsieur le Recteur Lirondelle m’honore de sa confiance et me demande d’accepter la fonction de « Surintendante des Sports et Loisirs» pour réorganiser l’activité sportive à la CUP. Etant fonctionnaire, une dérogation fut nécessaire ; elle fut très rapidement accordée par le Directeur Régional.

C’est cette double appartenance officielle qui me permit d’agir au mieux des intérêts des Résidents, en accord avec le Conseil d’Administration et avec la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports qui tenait le budget sportif – accord parfait et souvent très cordial de Monsieur le Recteur Lirondelle.

Présentation de l'ASCUP lors de l'exposition des 50 ans de l'Alliance (1998)
Présentation de l’ASCUP lors de l’exposition des 50 ans de l’Alliance (1998)

But : Réorganiser l’activité sportive des Résidents, le sport étant considéré comme loisir prioritaire après la période de guerre …

Programme : présenté par l’équipe de travail (Messieurs Boile, Personne et Mme Cury-Carré) et accepté par Monsieur Honnorat, Monsieur le Recteur Lirondelle, le Conseil d’Administration

  1. permettre l’épanouissement physique de la jeunesse intellectuelle de la Cité, sur place, sans perdre de temps.
  2. recréer le goût des sports d’équipe pour une nouvelle jeunesse qui n’avait pas eu la possibilité de l’acquérir durant la guerre.
  3. redonner à la Cité U «son unité» dans la diversité, les équipes sportives brassant races, nationalités, idéologies.
  4. faire du sport le loisir essentiel – seul loisir immédiatement praticable dans les circonstances présentes.
  5. développer le sens des responsabilités en confiant progressivement tous les rouages aux Résidents (initiatives, gestion, développement, arbitrage … ).
  6. recréer enfin le grand club sportif nécessaire à cette entité de 3.500 étudiants (prévisions : 5.000) qui prendrait le relais de l’ancien C.O.C.U.

Nous comptions 3 ans pour aboutir au N°6. Le succès de cette entreprise dépassa nos espérances.

Banquet de l'Ascup, tennis de table, avec le Recteur Marchaud en 1952
Banquet de l’Ascup, tennis de table, avec le Recteur Marchaud en 1952

Période Octobre 1945 – Juillet 1946

  1. Les installations sportives, louées et entretenues par la Jeunesse et les Sports, sont mises à la disposition des Résidents par Monsieur Boile (piscine comprise).
  2. Des entraînements physiques sont assurés par Monsieur Personne et Mme Cury-Carré.
  3. Des rencontres de foot s’organisent.
  4. La réorganisation du tennis s’amorce à Jourdan.
  5. Les Frères MARCEL, sportifs convaincus, font une prospection éclairée, tenace, enthousiaste; l’apparition de Délégués aux sports dans les Maisons témoigne du succès de la mission entreprise.
  6. Un stage de ski pour un petit nombre est même organisé à Noël 45-46 (bourses de neige, prêt du matériel de ski et chaussures par la Direction de la Jeunesse et des Sports) ;

Le succès va grandissant.
Les inscriptions affluent.
Les demandes pour d’autres sports sont pressantes.
Les Délégués aux sports parlent haut.
De nouvelles structures s’imposent.
La création d’un vrai club sportif devient nécessaire, il est demandé par les Résidents sportifs.

Création de l’ ASCUP

  1. Propositions :
    Rédaction des statuts – travail des Frères MARCEL avec l’aide des Délégués aux sports et les
    conseils de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports.
  2. Soumission – Discussions- Acceptation du Conseil d’ Administration, de la Direction de la Jeunesse et des Sports, du Surintendant des Sports et Jeunesse.
    Remarque : La Direction de Jeunesse et des Sports avait droit de regard sm ce club, car elle s’engageait à mettre à la disposition de l’ ASCUP toutes les installations sportives (louées en
    totalité par ses soins à la Cité), en dehors des heures réservées à l’Enseignement Supérieur.
  3. Inscription au Journal Officiel
  4. Lutte très âpre menée en haut lieu par le Président du PUC contre la création de l’ ASCUP.
    La fermeté intransigeante de !’Inspecteur de la Jeunesse et des Sports de l’Enseignement Supérieur (Mr Boile) et le soutien inconditionnel des Anciens de la Cité ont permis à l’ ASCUP d’exister en défendant ceci :

    1. on ne peut qu’encourager les 3.500 sportifs de la Cité qui veulent faire du sport sur leurs propres terrains.
    2. l’ ASCUP visait un sport de masse et non« élitiste » ( comme le PUC à cette époque).
    3. le sportif résident restait libre du choix de son club.
    4. ce premier club autogéré par les sportifs- étudiants pouvait être une expérience fructueuse.

Un Bureau des sports est mis à la disposition de l’ ASCUP ; des permanences journalières y sont tenues ( Mr Marcel, Mr Personne, Mme Cury-Carré).

Le secrétariat et la trésorerie sont tenus bénévolement par des professeurs d’éducation physique.

Le Comité Directeur organise :

  1. les élections des Délégués aux sports
  2. 21 les tournois interfondations dans les principaux sports

L’épanouissement du club est certain et dès la rentrée 1947, l’ASCUP, club à part entière, est entièrement géré par son Comité Directeur.

Après Octobre 1947

La gestion très stricte des Comités Directeurs est appréciée des Résidents.

Le dévouement, sans limite, des Présidents est admirable (certains que j’ai bien connus, ont sacrifié un an de leurs études pour pouvoir satisfaire les exigences toujours croissantes du Club qu’ils avaient l’honneur de présider) – pour certains, leur nom devrait figurer en lettres d’or dans l’historique de l’ASCUP.

La collaboration sans faille entre le Conseil d’ Administration de la Cité, la Direction de la Jeunesse et des Sports et le Comité Directeur de l ‘ASCUP est un des causes de la réussite sans égal de ce club, dans ses débuts prometteurs.

Fait à Paris, le 24 décembre 1973
Signé : Cury-Carré

IMG_20140724_0002 - Match de football - avril 1992
Match de football – avril 1992

 

C’est ainsi qu’avec les encouragements d’André HONNORAT, de l’Inspecteur des Sports Francis BOILE et « le soutien inconditionnel des anciens de la Cité », que les frères MARCEL, Joseph et Paul, avec quelques« mordus» de sport, ont fondé l’A.S.C.U.P. (Association Sportive de la Cité Universitaire de Paris) qui a remplacé le C.O.C.U. (Club Olympique de la Cité Universitaire de Paris) d’avant-guerre.

L’ASCUP, dirigée par les résidents pour les résidents, a connu un grand succès, dépassant les 3.000 adhérents en 1967. Elle apparaissait comme une structure associative fédérant les diverses Maisons de la Cité, chacune comprenant dans son Comité de Résidents un Délégué aux sports.

L’ ASCUP avait pour mission d’ organiser en son sein les championnats interfondations, favorisant les rencontres entre les résidents, dans tous les sports, comportant dans certains deux divisions : football, basket-ball, handball, volley-ball, rugby, mais aussi en athlétisme, natation et cross. Les matches étaient parfois âpres, mais nous permettaient aussi de nous découvrir.

IMG_20150605_0039 - Volley Ascup avec paul marcel

Madame Honnorat assistait rituellement aux compétitions, lors de remise des coupes, clôturant la Journée Honorat consacrée aux finales de ces tournois amicaux. L’ ASCUP organisait aussi des stages de ski dans le chalet pyrénéen de Bonascre que la Fondation Nationale partageait dans les années 70 avec SUPAéro.

Des rencontres avec les clubs sportifs des universités étrangères étaient organisées – par exemple, l’ ASCUP a reçu, entre autres, à la Cité en 1953, l’équipe de Munich et en 1954 l’équipe de tennis de table du Japon, alors championne du monde-, ainsi que des universités ou collèges anglais en basket, football et rugby dans les années 1966/67. Un voyage de l’équipe de basket avait été programmé à Belgrade, en Yougoslavie, en mai 1968, mais a été stoppé net par les grèves sur le quai de la gare de Lyon au moment du départ ! ! !

tennis de table /  ping-pong - équipe du japon championne du monde 1953
Tennis de table – équipe du japon championne du monde 1953

Les mêmes années, l’équipe de tennis, après une nuit de train, s’était rendue à Barcelone pour rencontrer celle du prestigieux Real Tennis Club de Barcelone. A partir de 1967, l’ ASCUP a été admise exceptionnellement à participer aux compétitions de sports collectifs de l’U.F.O.L.E.P. (Ligue de l’Enseignement) alors que cela ne lui était pas permis dans les différentes fédérations en raison du quota limité de joueurs étrangers autorisés.

Il en résulta une émulation très forte au sein des sportifs de la Cité et plusieurs équipes de l’ASCUP, sélections de la Cité, ont brillé dans ces championnats (en basket: demi finaliste du championnat de France Honneur ; championnes de France en Football et VolleyBall dans les années qui ont suivi).

En revanche, en tennis, l’ ASCUP avait pu participer au fil des années aux championnats de Paris et de France de Tennis avec de réels succès, remportant plusieurs années la Coupe Chapignac de Paris (réservée aux non classés) et participant aux championnat de France 4ème division.

C’est dans ces mêmes années 67/68 que fut produit le premier tee-shirt au sigle de l’ASCUP, ce qui est banal de nos jours, avait été très difficile à réaliser il y a 40 ans ! ! ! !

Une des missions les plus importantes du Comité de Direction de l’ASCUP était certainement de faire respecter, sur les terrains et hors des terrains, l’esprit sportif et de camaraderie. Tout Président de l’ASCUP, dont l’âge moyen était de 25 ans, a dû apprendre à rendre la justice avec fermeté, mais aussi avec sagesse et diplomatie.

A droite au premier plan : Paul Marcel, fondateur avec son frère de l'ASCUP, en compagnie de Madame Honnorat (au centre), lors de la journée Honnorat (journée de remise des trophées du tournoi inter-fondations)
A droite au premier plan : Paul Marcel, fondateur avec son frère de l’ASCUP, en compagnie de Madame Honnorat (au centre), lors de la journée Honnorat (journée de remise des trophées du tournoi inter-fondations)

Comme l’a écrit Madame Cury-Carré « certains ont sacrifié un an de leurs études pour pouvoir satisfaire les exigences toujours croissantes du Club qu’ils avaient l’honneur de présider. Il était d’ailleurs de tradition raisonnable que le Président ne reste en fonction qu’une seule année, après avoir été Délégué aux Sports de sa Maison de Résidence, puis intégré dans le Comité Directeur de l ‘ASCUP. Mais, il est vrai que l’expérience exceptionnelle acquise à cette occasion s’est révélée un atout majeur dans la vie professionnelle qui a suivi.

Ainsi, comme l’avait souhaité André Honnorat, l’ASCUP était gérée par un Comité de Direction bénévole composé de Résidents, certes dans le cadre des installations mises à disposition par la Fondation Nationale dans un esprit de grande coopération. Mais, au fil des années, il est apparu que les impératifs de gestion de la Cité ont conduit à donner priorité, pour l’utilisation des locaux et des tranches horaires, à d’autres utilisateurs universitaires ; les menaces dénoncées par Madame Cury-Carré dès 1945, se sont réalisées.

Au début des années 70, une tentative de main-mise par le PUC sur les installations de la Cité, notamment sur le terrain de sport situé sur la commune de Gentilly, échouait face à l’opposition déterminée de l’ASCUP.

 

[…]

Guy FOUCHET
Président d’Honneur de l’ASCUP
Ancien Président et Membre d’Honneur de l’Alliance Internationale des Anciens Résidents de la Cité

Print Friendly

You may also like

0 comments

By