Narciso Yepes, concert à la Coupole du Théâtre de la Cité - 15 décembre 1975 // Crédits : Paul Marcel @ Alliance Internationale

Anciens célèbres : Narciso Yepes (1927-1997)

Narciso Yepes (1927-1997) est l’un des plus grands guitaristes du 20ème siècle. C’est un ancien résident du Collège d’Espagne (vers 1950).

Crédits : http://fr.wikipedia.org/wiki/Narciso_Yepes#/media/File:Narciso_Yepes.jpeg
Crédits : wikipedia

C’est par hasard que le jeune Narciso découvre la musique. Alors que rien ne le prédisposait à devenir un grand musicien, c’est à l’âge de 4 ans que son père lui offre une petite guitare achetée dans une foire.

De ce coup de foudre, naîtra une passion dès l’âge de 6 ans. En effet, son père le voyant pleurer lors de l’audition d’un disque de musique classique, s’empressera de lui offrir une véritable guitare ainsi que des leçons de solfège.

Comme il le dira plus tard :

« Je dois avouer que jusqu’à l’âge de 6 ans, je n’ai pas joué « de » la guitare mais « avec » ma guitare ».

C’est à l’âge de 16 ans qu’il fera la rencontre de Vicento Asencio qui lui donnera une nouvelle optique de vie et changera le cours de l’histoire de la guitare.

« Je n’ai pas appris la guitare avec des professeurs de guitare, mais avec des professeurs de musique ! dira-t-il.

Vicente Asencio, professeur admirable, m’a fait terriblement souffrir. Il me montrait au piano ce qu’il voulait que je joue sur mon instrument. Ainsi, un jour il exigea que je fasse mes gammes prestissimo comme lui-même les exécutait sur le clavier.

Mais maître, ce n’est pas possible …

Impossible ?

Et il claqua furieux le couvercle du piano.

Impossible ? Alors changez d’instrument si on ne peut rien faire avec celui-là !

Rentré chez moi, je réfléchis au problème. Si je ne pouvais exécuter les gammes aussi vite qu’un pianiste, c’est que selon les usages je pinçais les cordes avec seulement deux doigts de la main droite. Le pianiste, lui, en utilisait cinq ! Je m’enfermai donc pendant un mois dans ma chambre, et  m’appliquai tout seul à développer l’agilité des trois doigts inemployés de la main droite. Puis je retournai voir Asencio et lui jouai les gammes à la rapidité désirée.

Bien, bien ! s’écria-t-il, en exigeant de moi aussitôt d’autres prouesses, comme détacher à volonté une note d’un accord plaqué, m’obligeant chaque fois à créer de nouvelles techniques ».

C’est ainsi que naquit la célèbre guitare à 10 cordes, indissociable de l’œuvre de Narciso Yepes.

Narciso Yepes, concert à la Coupole du Théâtre de la Cité - 15 décembre 1975 // Crédits : Paul Marcel @ Alliance Internationale
Narciso Yepes, concert à la Coupole du Théâtre de la Cité – 15 décembre 1975 // Crédits : Paul Marcel @ Alliance Internationale

 

« On peut comparer cette nouvelle guitare à un piano sans pédale qui brusquement en aurait acquis une. Vous voyez toutes les possibilités de jeu, et l’enrichissement de sonorité que cela entraîne ».

« De plus, cette nouvelle guitare, exacte reproduction de celle à six cordes à laquelle j’ai simplement ajouté quatre cordes graves – do, si bémol, la bémol, et sol bémol – permet de jouer directement toutes les œuvres écrites pour le Luth ou la Vilhuela, sans avoir besoin de les transcrire ».

Narciso Yepes interprétera bon nombre de pièces originellement écrites pour le piano, transcrites pour la guitare, telles que des œuvres d’Isaac Albéniz, Enrique Granados ou Manuel de Falla.

Narciso Yepes, concert à la Coupole du Théâtre de la Cité - 15 décembre 1975 // Crédits : Paul Marcel @ Alliance Internationale
Narciso Yepes, concert à la Coupole du Théâtre de la Cité – 15 décembre 1975 // Crédits : Paul Marcel @ Alliance Internationale

L’un de ses grands succès qui lui a permis d’accentuer son succès et sa célébrité, est son interprétation de la musique du film Jeux interdits.

Print Friendly

You may also like

0 comments

By