12juillet2013-NicolasDanila-8

Témoignages d’anciens – Nicolas Danila (1969-1975)

Nicolas Danila est ancien résident de la Fondation de Monaco (1969-1975). Cet entrepreneur franco-roumain s’est prété au jeu des questions du traditionnel « Témoignages d’anciens » mensuel.

A quelle université étiez-vous inscrit, quelle formation suiviez-vous ? Paris était-il le seul choix possible ?

J’ai été inscrit en sciences à la Faculté des sciences de Paris et à l’Université Pierre et Marie Curie (anciennement Paris VI). Ensuite en économie à l’Université Paris IX Dauphine.J’ai donc suivi une double formation de chimiste (DUES de Physique Chimie, Licence ès Sciences, Maîtrise De Chimie, DEA de Chimie Structurale) et de management (Licence, Maîtrise et DEA de performances économiques et financières des Organisation, option finances et Doctorat ès Sciences des Organisations sur les méthodes multicritères).  Le choix était entre Paris, New York ou Moscou. J’ai choisi Paris.

ND 22 - Nicolas Danila

Quels souvenirs gardez-vous de vos années de séjour à la Cité ? Comment se déroulait la vie à la Cité ?

Le séjour à la Cité a été pour moi une période particulièrement heureuse. La vie était palpitante, bouillonnante, attractive et très intéressante. Mon premier souvenir est celui d’un jardin en plein Paris, avec des oiseaux qui chantaient (cela me rappelait ma maison familiale), et d’une maison princière où j’allais habiter pendant sept ans. Les autres souvenirs sont liés aux nombreuses « boums » organisées les samedis soir  à la Fondation de Monaco,  au bar de cette maison, avec ses réputés « pan bagnat », et aux spectacles de cabarets particulièrement attrayants. J’ai un souvenir ému quand je pense à la manière d’apprendre le rock&roll que je ne connaissais pas du tout. J’invitais mes copines à monter dans ma chambre pour qu’elles m’apprennent différentes figures et on descendait ensuite ensemble, « à la boum » pour montrer fièrement ce que je venais d’apprendre. Depuis, pendant combien de mariages, la mariée ne me priait-elle pas de lui faire tournoyer sa si jolie robe dans un rock bien rythmé. Merci à mes charmantes professeures de danse, improvisées !

Les valeurs humanistes à l’origine du projet de la Cité Internationale, étaient-elles une réalité ou une utopie ?

Je pense qu’à l’origine le projet était plutôt une utopie, mais au long des années il est devenu une réalité palpable dans la quotidienneté. Du moins à mon époque. L’utopie était de réunir des représentants des pays opposés pendant de longues périodes de l’histoire  et des réussir à créer des amitiés, nécessairement  inattendues. Il m’est arrivé d’assister à des discussions passionnées, mais courtoises, entre des étudiants venant de pays pourtant en état de belligérance.

Etes-vous resté en contact avec des résidents de la même époque que vous ou des Anciens de la Cité ?

Oui, j’ai gardé un réseau d’amis qui étaient résidents à la Cité U à la même époque. Il y a environ quelques dizaines d’amis avec qui j’ai maintenu le contact.
Parmi eux, quatre étaient également résidents à la Fondation de Monaco.

Mon ami américain, William Mc CORMACK, avec qui j’ai partagé une chambre pendant une année. Ami très cher dont je garde un excellent souvenir de sa gentillesse, de sa volonté de travailler dur et surtout de son éducation particulièrement soignée. Altruiste, il pensait toujours aux autres en premier. Un jour, me réveillant plus tôt que d’habitude, vers 6 heures du matin, je l’ai trouvé dans le hall de la Fondation en train de préparer l’examen de français à la Sorbonne, qu’il avait le jour même. Il ne voulait pas allumer la lumière dans la chambre pour ne pas me réveiller ! J’ai dû l’attraper et insister pour qu’il revienne et qu’il travaille à son bureau. Un seigneur !

Puis un ami monégasque, Alain GIAMPAOLI, designer et artiste peintre, dont je continue à apprécier la participation sur ma demande expresse à certains de mes projets actuels. Avec le talent qui le caractérise, il m’a fait un beau portrait récemment.

Un ami français, Daniel RICQUIER, Membre de l’Académie des Sciences, Vice-Président Délégué aux Relations Internationales depuis janvier 2012, qui faisait partie de notre équipe des « Trois mousquetaires ». L’autre était l’étudiant « carabin » Alain BURY.

Un autre ami français, Bruno LERRAILLEZ, qui a rencontré  et épousé une étudiante japonaise également résidente à la Cité Universitaire. Président de société à Hong Kong et en Chine, nous nous voyons régulièrement. Je l’ai revu, une première fois, dix ans après notre séjour à la Cité U, au Japon où il résidait à l’époque, lors de ma première étude sur les biotechnologies, que j’ai réalisée dans ce pays à la demande du Ministère français de la Recherche et de la Technologie.

 

La dimension internationale de la Cité vous a-t-elle apporté des clefs pour votre carrière professionnelle ?

Pas vraiment, même si une grande partie de ma carrière a eu lieu à l’international pour des études stratégiques ou d’innovation aux USA, Japon, Australie, Allemagne, Grande Bretagne, Danemark, Irak, Nigéria…

Alors que de nombreuses distractions et animations sont proposées aux résidents de la Cité, avez-vous trouvé le temps de travailler et de suivre correctement vos études ?

Effectivement les tentations étaient fort nombreuses, mais j’ai su trouver le temps d’obtenir sept diplômes d’études supérieurs après le baccalauréat. Pendant cette période j’ai eu la chance d’être aussi critique cinématographique (carte verte), musical (carte rouge) et dramatique (carte bleue).

Nicolas Danila - Cartes presse 23-07-2013 08;46;53

Que faites-vous aujourd’hui ?

Trois activités principales développées dans trois sociétés anonymes m’appartenant :

1) Des parfums de luxe dans le cadre de la société NDPP (Nicolas Danila Parfums Paris). J’ai inventé une nouvelle classe des parfums, les « Fragranceuticals » (des parfums à forte concentration d’ingrédients naturels, sans ALLERGENES à déclarer, qui respecte l’environnement, utilisant le commerce équitable et avec une responsabilité sociale. Le conditionnement est artistique.
Site web : www.nicolasdanila.com

Flacon parfum luxury1

2) Des conseils en stratégie et en innovation dans le cadre de la société  NVD CONSULTANTS (Network Venture Development mais aussi Nicolas V DANILA) qui a assuré le management du projet GSM, devenu ensuite Itineris et aujourd’hui Orange. D’autres missions de conseil ont été assuré auprès de l’Aérospatiale, BSN, ELF Aquitaines, EDF, GDF, IFF, LVMH, MARS , SAINT GOBAIN, UPSA…
Site web : www.nvdconsultants.com

3) Des investissements dans les start ups en tant que Business Angel à travers ma société ADN VENTURES (Associés de Nicolas Danila) avec des participations dans des sociétés nouvelles et innovantes (une société de logiciels et une de place de marché pour les équipements industriels).

Trois activités artistiques sur des blogues que j’anime personnellement :

  1. Critique cinématographique sur le blog « La lanterne magique de Nicolas »
  2. Critique musical sur le blog « Paris sera toujours Paris »
  3. Critique des expositions de peinture sur le blog « Les Cimaises de Nicolas »
Print Friendly

You may also like


Warning: file_get_contents(http://graph.facebook.com/?ids=http://allianceinternationale.org/temoignages-danciens/temoignages-danciens-nicolas-danila-1969-1975/): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 403 Forbidden in /homepages/20/d342523894/htdocs/site_alliance/wp-content/themes/abomb/elements/element.php on line 80
0 comments

By